International Vegetarian Union

Les Animaux - Pourquoi on doit les respecter
de Maxwell G.Lee
IVU Newsletter, Octobre 1995
Deutsch - English - Español - Français - Português - Româna


Il est souvent proclamé, particulièrement par certains groupes religieux, que les animaux furent mis sur Terre pour que les gens en disposent à leur gré. Ce point de vue aide à comprendre l'étendue des abus de l'homme sur le royaume animal. L'attitude envers les animaux de beaucoup de gens est assez similaire à celle adoptée à l'égard d' êtres considérés inférieurs. L'esclavage, qui fut longtemps une façon établie et acceptée de traiter les autres dans les sociétés humaines, reflète l'attitude similaire adoptée à l'égard des animaux par beaucoup de gens dans la société contemporaine. Le respect pour la vie est un slogan souvent cité aujourd'hui que chacun devrait méditer, et sur l'importance qu'il suggère non seulement le respect pour les autres hommes mais aussi pour toutes les formes de vie, animales ou végétales. Tous ont leur place sur la Terre. Nous devons vivre de quelque chose et il est souvent suggéré que nous devrions descendre le plus bas possible dans la chaîne alimentaire pour notre nourriture. Les végétariens ont fait une part du chemin et les végétaliens et frugivores encore plus. Les trois approches sont basées sur le respect de la vie et sur l'opinion que les animaux devraient être beaucoup mieux traités par les hommes.

La cruauté est virtuellement endémique dans la société humaine et on peut se demander ce qui fait que tant d'hommes recherchent et se réjouissent de la cruauté dans leur vie. Les cruautés dans certains soi-disants "divertissements" appellent une attention particulière dans leur propre droit. Cependant, cet article est principalement orienté sur le végétarisme. Certains ne considèrent pas cruel de manger les animaux et prétendent que ceux-ci sont bien traités pendant leur vie. Bien entendu, ceci est devenu absolument faux avec le développement des méthodes d'élevage industriel et l'absence de toute considération pour le comportement naturel des animaux. Si les veaux sont mis dans des boxes qui leur empêchent l'accès à leurs mères, le grand air, et les prairies vertes qui sont leur habitat naturel, ou si les poulets sont cloîtrés dans des systèmes intensifs leur ôtant la possibilité d'étirer leurs ailes et de garder leurs habitudes naturelles, ceci et beaucoup d'autres pratiques sont tous basés sur l'absence de considération et de respect pour les animaux.

Les arguments en faveur de ces pratiques sont économiques, bien que ceux qui exercent habituellement de telles cruautés prétendent que les animaux préf&egraverent de tels traitements. Si de telles pratiques ne sont pas cruelles alors que sont-elles ? Certains prétendent que les animaux ne choisissent pas de sortir de leur boxe même portes ouvertes, alors que c'est plus le résultat du conditionnement que d'un choix. Une chose est sûre, ce choix n'est pas donné aux animaux ! La société occidentale moderne a beaucoup de responsabilités en encourageant une alimentation basée sur la viande. Malheureusement, certains pays du Tiers Monde regardent l'Occident comme un modèle séduisant ! Ils prêtent rarement attention au traitement des animaux et aux effets de la viande sur la santé et l'environnement. La pression de l'opinion publique dans beaucoup de pays en développement devrait être un argument suffisant pour stopper et abandonner une alimentation basée sur la viande.

La production animale dans les systèmes d'élevage intensif concentre les rejets animaux au lieu de les épandre sur les champs comme fumure. Ce qui était vu autrefois comme souhaitable devient maintenant une nuisance et un problème économique. L'évacuation des déchets est coûteuse et le problème est étroitement lié à l'augmentation de la consommation de viande. Les éleveurs rejettent les déchets dans les eaux d'égouts, les ruisseaux et les rivières, ce qui pollue et détruit les écosystèmes qui existaient depuis si longtemps. De plus, la nature intensive de l'élevage industriel facilite la propagation des maladies, donc les animaux sont traités avec de grandes quantités d'antibiotiques, d'activateurs de croissance et d'autres produits similaires. Bien entendu, ceux-ci se concentrent dans la viande et entraînent troubles et maladies chez l'homme. De plus, certains de ces produits se retrouvent dans les eaux d'égout et sont repris un peu plus tard dans la chaîne des eaux où l'eau impure est repompée pour l'homme et la purification n'enlève pas la totalité de ces résidus.

L'augmentation du cancer, des maladies cardio-vasculaires, des maladies rénales et du foie, aussi bien que le diabète et beaucoup d'autres problèmes de santé, sont liés de près à l'augmentation de la consommation de viande. La recherche médicale fournit d'amples preuves qu'une alimentation végétarienne est meilleure pour la santé et que l'incidence de nombreusese maladies sérieuses est beaucoup moins commune chez les végétariens. C'est bien de faire quelque chose pour des raisons morales mais c'est encore mieux si on découvre que c'est bien pour la santé aussi !

Le développement du végétarisme dans le monde occidental atteste de l'augmentation chez de nombreuses personnes du désir d'une vie plus humaine, d'un style de vie en harmonie avec l'environnement et la santé. En Amérique du Nord, Amérique du Sud, Europe et Australie il y a une progression marquée et continue du végétarisme. En Europe de l'Est et en Europe Centrale, depuis les changements politiques, il y a eu une poussée d'intérêt pour le végétarisme. Les mouvements végétariens et de protection animale se sont développés et gagnent du soutien. En Asie l'encouragement gouvernemental pour la consommation de viande est contré par des groupes végétariens. Dans un pays comme l'Inde, avec une longue histoire d'Ahimsa, respect pour la vie donc végétarisme, la bataille pour le végétarisme est menée par des groupes moraux et religieux, aussi bien que par des environnementalistes et docteurs qui apprécient les bénéfices d'une approche végétarienne. En Grande Bretagne la poussée du végétarisme a été très marquée durant ces 20 dernières années, ainsi maintenant les végétariens ne sont plus regardés comme des gens singuliers ou étranges mais faisant partie du courant actuel. Des repas végétariens sont disponibles dans tout le pays et la jeunesse se dirige vers le végétarisme. Les supermarchés étalent un bon assortiment de produits végétariens, rendant les courses plus faciles, et attirent l'attention des mangeurs de viande sur la grande variété d'aliments bons et sains que les végétariens consomment. Linda McCartney, épouse du fameux Beatle, Paul McCartney (les deux sont récemment devenus responsables de la Vegetarian Society du Royaume Uni), a élaboré une variété d'imitations de produits carnés, incluant tourtes et saucisses, qui attirent beaucoup de gens ne se considèrant pas eux-mêmes comme végétariens. De telles initiatives sont de plus en plus imitées dans d'autres pays.

La technologie moderne a grandement à répondre de la façon dont l'homme traite les animaux. Récemment, la montée de la biotechnologie et de la manipulation génétique a entraîné de nouvelles façons d'utiliser l'animal pour servir l'homme, et la moralité semble être peu considérée quand on pense de quelles façons les espèces peuvent être manipulées pour que l'homme les exploite encore plus. Si les hommes ont des droits sur les animaux, on peut dire également qu'ils ont des responsabilités. Cela veut dire qu'ils doivent considérer l'animal, son bien-être et sa santé. Malheureusement, la situation présente suggère que ces pratiques sont peu courantes chez la grande majorité des gens. Le seul but qui les intéresse est de maximiser le rapport économique de l'animal.

Il est souvent argumenté que les animaux étant des espèces différentes des humains, la façon de les traiter n'est pas importante. Bien entendu, les personnes qui expriment de telles vues pourraient également ne pas être trop concernées par la manière dont les autres sociétés humaines sont traitées. Beaucoup d'entre nous peuvent voir une relation entre les deux. Les gens qui traitent les autres humains avec respect sont plus susceptibles de montrer du respect envers les autres espèces. Plus d'une fois on a entendu la suggestion que l'intérêt pour les animaux devrait être remplacé par l'intérêt pour les humains. Les gens concernés par les droits de l'animal sont normalement autant concernés par les souffrances humaines.

Nous savons que les animaux ressentent la peine, la souffrance et montrent de la détresse. Nous ne pouvons comprendre complètement leur processus de pensée mais il y a suffisamment de preuves que les animaux ont leurs sociétés et leurs manières de vivre. Qui ira dire qu'avec le temps leurs droits devraient être inférieurs à ceux attendus et recherchés par les humains ? Beaucoup d'animaux sont moins intelligents que les humains mais il y a aussi des variations considérables de l'intelligence parmi les hommes. Si quelqu'un prétend que l'intelligence inférieure de beaucoup d'animaux nous donne le droit de les traiter comme nous voulons, sans égards, alors il pourrait aussi prétendre que les humains moins intelligents devraient être traités de façon similaire. En fait, certaines philosophies politiques, bien que très discréditées, ont avancé de tels arguments.

Nous sommes sur cette planète pour un temps limité et la manière dont nous interagissons et utilisons la planète affectera les générations futures, probablement jusqu'à la fin du monde tel que nous le connaissons. On peut proclamer que c'est notre intérêt de minimiser les souffrances et mauvais traitements subis par les animaux et les hommes, et de se diriger vers un monde plus humain et en paix avec lui même. Présumant que c'est un but que la grande majorité des gens voient comme souhaitable, il est donc nécessaire d'améliorer notre conduite envers les hommes et les animaux. Les gens souhaitent généralement vivre en bonne santé et l'approche végétarienne conduit dans cette direction tout en minimisant la souffrance des autres espèces animales. L'approche carnivore entière est basée sur l'hypocrisie. Les gens utilisent quelques animaux comme compagnons et les traitent d'une façon spéciale. Les autres animaux sont souvent vus comme nuisibles ou comme nourriture et donc ne justifient pas les soins et la protection que reçoivent les animaux de compagnie. Il est bon de rappeler que dans beaucoup de pays, si l'on traitait son animal familier de la même façon que dans les fermes on serait passible de poursuites judiciaires. Beaucoup d'animaux sauvages ne bénéficient d'aucune protection légale et sont donc là pour les chasseurs et quiconque d'autre pour les traquer et les traiter comme ils le souhaitent.

C'est ma conviction que l'avenir du monde est très lié à la manière dont nous traitons nos plus faibles créatures et compagnons. Cruauté et méchanceté ne devraient plus avoir de place dans une société civilisée. Bien que nous clamions souvent que nous sommes civilisés, je prétendrai que nous en sommes loin. De nos jours nous regardons l'esclavage avec horreur et avons des difficultés à comprendre comment de telles pratiques ont pu durer si longtemps et existent encore maintenant dans quelques parties du monde. Comme nous sommes sortis de l'esclavage humain nous devons regarder l'étape suivante et sortir de l'esclavage animal. Un monde végétarien sans exploitation ni cruauté envers les humains et les animaux, par moralité et par intérêt, doit être notre but. Si nous ne nous en préoccupons pas maintenant, l'avenir de toutes les créatures continuera à être sombre.

Maxwell G.Lee

  • Animals - from the Articles Index


Les contibutions à  IVU News sont les bienvenues. Les articles et opinions publiés ne reflètent pas nécessairement celles de l'éditeur ni la politique de l' "International Vegetarian Union".


Traduction française de G. Chatras

Tous ce qui se trouve sur ce site est copyright © International Vegetarian Union, sauf avis contraire mentionné...
| Livres | Contacter IVU | FAQ | Histoire | Membres | Actu | Célèbres | Phrases | Recettes | Religion | Science | Jeunes | Chercher |

IVU Index

Maintenu par
Alliance Végétarienne - Association française  pour la promotion du végétarisme
Le site français du végétarisme et des végétariens