International Vegetarian Union (IVU)
logo IVU

Le lien entre lait et stérilité


Source : Animal Rights Resource www.animalconcerns.org
Español - Français - Italiano

D’après une nouvelle étude, les femmes qui désireraient mais n'ont pas réussi à concevoir un enfant devraient revoir la place qu'occupent les produits laitiers dans leur alimentation. Aux Etats-Unis et en Finlande, une équipe de chercheurs a révélé que dans les régions où le lait est davantage consommé, la fertilité des femmes a tendance à baisser fortement avec l’âge.

A l’exception de quelques populations d'Europe du Nord et de leurs descendants, la majorité des adultes perdent leur capacité à digérer le lactose (sucre du lait). Puisqu’elle amène à réduire la consommation de lait et autres produits laitiers riches en galactose (un sucre apparemment toxique pour les ovules humains), l’intolérance au lactose s’avère bénéfique, selon Daniel W. Cramer, gynécologue de l’Ecole de Médecine d’Harvard, et ses collègues.

Il y a cinq ans, Cramer a établi un lien entre la consommation de galactose et une augmentation du risque de cancer des ovaires. Pour savoir si ce sucre a également une influence sur la fertilité, son équipe a comparé les taux de fertilité de 36 pays avec la consommation de lait par personne, ainsi que l’hypolactasie (incapacité des adultes à digérer le lactose). Dans le numéro de février de l’American Journal of Epidemiology, ils ont évoqué une corrélation entre la forte consommation de lait et un indice de fertilité faible chez des femmes âgées de seulement 20-24 ans.

Plus l’âge des groupes étudiés est avancé, plus cette association devient forte, et plus la baisse de fertilité est rapide. Ainsi, en Thaïlande, où 98 pour cent des adultes sont hypolactasiques, la fertilité moyenne chez les femmes de 35 à 39 ans n’est inférieure que de 26% au maximum atteint par les 25-29 ans. Par comparaison, en Australie et au Royaume-Uni, où l’hypolactasie ne touche que 5% des adultes, la fertilité moyenne des 35-39 ans est inférieure de 82% au taux maximum.

De nombreux facteurs, dont les coutumes, les taux de divorce, l’utilisation de contraceptifs, et le niveau économique, ont une influence sur la fertilité. Cependant, Cramer note que la nouvelle analyse « confirme démographiquement ce que nous avons observé du point de vue expérimental, lorsque nous avons donné à une souris des quantités élevées de galactose, et du point de vue clinique, chez des femmes souffrant de galactosémie (incapacité à métaboliser le galactose) ». Les femmes atteintes de ce trouble, dont les tissus contiennent de fortes concentrations de ce sucre, sont stériles.

Cet article est extrait du magazine Science News datant du 03/12/94.

Traduit de la version espagnole par Sylvie Lewandowski


Les contibutions à  IVU News sont les bienvenues. Les articles et opinions publiés ne reflètent pas nécessairement celles de l'éditeur ni la politique de l' "International Vegetarian Union".


Tous ce qui se trouve sur ce site est copyright © International Vegetarian Union, sauf avis contraire mentionné...
| Livres | Contacter IVU | FAQ | Histoire | Membres | Actu | Célèbres | Phrases | Recettes | Religion | Science | Jeunes | Chercher |

IVU Index

Maintenu par
Alliance Végétarienne - Association française  pour la promotion du végétarisme
Le site français du végétarisme et des végétariens